Asimov : Vers Fondation. Le déclin de Trantor.

Publié le par Emma

Asimov, Isaac. Vers Fondation. Le déclin de Trantor.

Dans ce tome 1 de la collection Omnibus / SF, un département de la place des éditeurs, on retrouve deux livres d'Asimov : Prélude à Fondation et L'Aube de Fondation.

Il n'a pas free mais il a tout compris !

Désolée pour la publicité, mais c'est sorti tout seul !

J'ai commencé à lire Asimov car tous les fans de science fiction parlent de lui comme d'un classique. D'ailleurs, j'ai remarqué qu'il était dans la bibliothèque de beaucoup .... Je me suis donc rendue dans ma bibliothèque la plus proche, et j'ai commencé à lire l'intégrale, dans cette version !

Ce fut d'abord dur de rentrer dedans, mais au fur et à mesure que je lis, c'est de plus en plus prenant et intéressant. D'ailleurs, je voulais faire un article sur mes lectures, j'achève bientôt l'Aube de Fondation, car comme je viens de le dire "il n'a pas free mais il a tout compris !".

Je m'explique. Je vous livrerai des citations plus loin qui m'ont fait vibrées. Ces citations, quand je les ai lues, ça a fait tilt en moi. Je me suis dit "c'est tout à fait ça ! En plein dans le mil".

Je comprends donc mieux pourquoi j'entends parler de lui. J'ai un peu hâte de découvrir la suite de son œuvre, vu la richesse de ces deux premiers.

livre

Le déclin de Trantor : citations

"Les émotions, mon cher Seldon, sont un puissant moteur de l'action humaine, 
bien plus puissant que les hommes ne le croient (...)" p. 421.

Citation courte et écourtée. Car hors contexte, la suite n'a pas d'intérêt.

Pour moi cette citation est totalement dans le vrai. Pour moi les émotions sont une force, et non une faiblesse. Et si l'on associe, comme il le dit ces émotions à l'action, alors .... je pense que l'on peut surmonter des montagnes.

D'ailleurs, j'en suis d'autant plus convaincue, que, ma mémoire capricieuse, ne se souvient en priorité que de ce qui est lié à une émotion intense ...

L'Aube de Fondation : citations

"En conséquence, il s'agit de persuader les citoyens de céder une partie de leur fortune pour le bien de l’État. (...)Malgré tout, même si la requête est raisonnable et que les citoyens ont intérêt à payer des impôts en échange du maintien d'un État stable et efficace, ils n'en sont pas moins réticents à le faire. Afin de surmonter cette réticence, les gouvernements doivent faire sentir qu'ils ne prélèvent pas trop de crédit, et qu'ils ont le souci des droits et du bien de chaque citoyen. En d'autres termes, ils doivent réduire le pourcentage du prélèvement sur les revenus faibles et appliquer différentes sortes de déductions avant le calcul de l'impôt. La situation fiscale se complique de plus en plus à mesure que les diverses planètes, les divers secteurs sur chaque planète et les diverses branches de l'économie réclament ou requièrent des traitements particuliers. Le résultat est que l'administration fiscale du gouvernement croît en taille et en complexité, et tend à devenir incontrôlable. (...)" p. 670.

Désolée pour la longue citation, mais là j'ai eu la bonté de l'écourtée ! Donc si cela vous intéresse ou si vous êtes intéressés ...

Bon, cette citation, les politiques et économistes devraient méditer dessus ! Pourquoi ? Car je pense que dans ce passage du livre se trouve la solution ou du moins le problème que l'on rencontre avec les impôts et le financement de l’État.

Je trouve fabuleux qu'un auteur de science fiction ait mis le doigt là où les politiques ne l'ont peut-être pas mis .... Après, je ne me suis pas penchée sur la vie d'Asimov ou sur la politique avec précision, donc je peux me tromper. En tout cas, pour moi son raisonnement se tient et est en plus facilement compréhensible. Que demander de mieux !

"Quand, dans notre société dite civilisée, nous en arrivons à de telles extrémités, avait déclamé madame le juge du haut de sa tribune, quand un homme de l'envergure du professeur Hari Seldon se voit infliger l'humiliation, les railleries et les mensonges de ses pairs pour la seule raison qu'il est ce qu'il est et qu'il défend ses idées, alors ce jour est un jour sombre pour l'Empire. (...) J'ai attribué au professeur Seldon les valeurs de notre nouvelle société, une société dans laquelle l'honnêteté, la décence et la bienveillance sont des qualités propres à vous faire tuer, une société dans laquelle il faut recourir à la malhonnêteté et à la tromperie pour survivre" p. 790

Cette citation je la note, car je trouve qu'elle est totalement dans le vrai. Je pense, peut-être à tort, que cette citation s'applique au monde dans lequel on vit. Je fais donc le parallèle avec le roman, que notre civilisation est en phase de déclin, même si cela n'est pas perceptible.

Je ne vois cependant pas cela comme une fin, mais comme un début. Car comme les choses sont cycliques, je ne doute pas qu'après viendra une civilisation encore plus riche, meilleure ...

Et vous, qu'en pensez-vous ?

http://critiques-imaginaire.com/blog/vers-fondation-le-declin-de-trentor/

http://critiques-imaginaire.com/blog/vers-fondation-le-declin-de-trentor/

Publié dans livre

Commenter cet article